Marcopolis, comprendre la mobilité

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Attractivité

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 26 novembre 2010

48% des cadres franciliens souhaitent changer de région.

Cadremploi.fr publie les résultats d'une enquête réalisée auprès de leurs internautes. A la question "Pensez-vous changer de région dans les prochains mois ?" les réponses divergent en fonction de la région dans laquelle vivent les cadres.

Les régions que les cadres souhaitent fuir :

- L'Ile de France : 48% d'entre eux souhaitent changer de région dans les prochains mois ou dans les prochaines années, soit le pourcentage le plus élevé parmi les différentes régions.

- Méditerranée : le cadre de vie ne fait pas tout : 17% envisagent de partir dans les prochains mois et 17% dans les années à venir.

Les régions dans lesquelles on se sent bien :

- Rhône-Alpes : seuls 5% se voient quitter leur région. Parmi eux, 42% souhaiteraient s'installer en Méditerranée.

- Le Nord et le Sud-Ouest : seulement 13% des cadres souhaitent déménager dans les prochaines années.

- Le Grand-Ouest : 86% n'envisagent pas de quitter leur région à court terme.

Conclusion

Je propose que les cadres de la Méditerranée viennent s'installer en Rhône-Alpes et inversement que les Rhône-alpins déménagent dans le Sud.

Lire l'étude "Les cadres de votre région sont-ils heureux ?"

mercredi 1 septembre 2010

Profil emploi des territoires (bis)

Pour compléter l'article d'hier "mobilité et attractivité", voici un tableau qui synthétise de manière très didactique (merci à l'INSEE) les caractéristiques des grandes zones d'emploi françaises.

synthèse INSEE zones d'emploi

Télécharger en format PDF la synthèse des profils de zones d'emploi.

mardi 31 août 2010

L'attractivite regionale comme facteur de mobilite geographique.

Si dans le cadre de l'entreprise, il n'est pas toujours facile de tirer des enseignements concrets des études démographiques , leur analyse permet souvent de se remettre en tête quelques grandes vérités, de mieux comprendre dans quelle France nous vivons et quelles sont les grandes aspirations des Français avec lesquels nous travaillons. Préambule qui me permet d'introduire la publication d'une nouvelle étude de l'INSEE qui rappelle une fois de plus que la France n'est pas un territoire homogène en terme d'attractivité et d'emploi. Il suffit par exemple d'observer la carte ci-après pour s'apercevoir qu'il vaut mieux travailler à Lyon, Bordeaux ou Toulouse qu'à Colmar, Limoges ou Béziers. On s'en doutait un peu vous me direz...

Taux de croissance annuel moyen des rémunérations brutes versées sur 2004-2007 et rémunérations brutes versées en 2007.

Taux de croissance des rémunérations, INSEE.

Croissance des rémunérations, INSEE. : Télécharger la carte en format pdf.

La France de l'emploi se compose de territoires aux niveaux d’attractivité très différents.

Paris et sa banlieue regroupent les centres de décision des grandes entreprises, les universités, les grandes écoles et attirent ainsi les jeunes actifs et les étudiants. Première métropole de l’Union européenne en terme de population, Paris est la seule ville française qui jouisse d’un rayonnement à l’échelle mondiale.

Un rôle que cherche à jouer avec moins d'ambition, les grandes métropoles régionales. Attractives pour les étudiants, pour les grandes entreprises et leurs emplois, l'INSEE qualifie leur attractivité de « métropolitain » puisque leurs ressources se concentrent autour de leurs grandes villes : Lyon, Lille, Marseille, Toulouse... Dans ces métropoles, la part des emplois dans les fonctions de gestion, de prestations intellectuelles et de recherche est plus élevée qu’en moyenne nationale. La part des cadres et des diplômés du supérieur est elle aussi élevée. Près de 39% des salariés dépendent d’un groupe français, contre 30 % au niveau national, et 14 % travaillent pour un établissement appartenant à un groupe étranger, contre 12 % en moyenne nationale.

Dans le sud de la France, deux ensembles prédominent : les territoires du bassin méditerranéen qui fédèrent toutes les catégories de population et les territoires de type rural (Agen, Mont-de-Marsan, Cahors...) qui après une phase de stagnation voit de nouveau leur population augmenter. Les retraités ne sont pas les seuls à s’installer sur ces territoires, des artisans, des employés, des professions intermédiaires et des cadres viennent également y vivre.

L'Alsace (excepté Strasbourg et Mulhouse) et le Bassin houiller de Lorraine, se caractérisent par des mouvements migratoires modestes au cours des quarante dernières années. Avec des salaires horaires en moyenne plus élevés qu’au niveau national et une proportion importante de contrats à durée indéterminée, les salariés y bénéficient souvent d’une situation stable.

Le Nord de la France, marqué par l’industrie et l’agriculture, reste en panne en terme d'attractivité. Est-ce que le phénomène médiatique du film les Ch'tis transformera le destin de cette région mal-traitée par les Français et donnera de nouvelles envies de mobilité ??

Source : la France des Régions, INSEE 2010.

vendredi 30 avril 2010

Dans quelles régions les investisseurs étrangers créent le plus d'emplois en France.

En 2009, on dénombrait 22 645 entreprises étrangères en France. Leur importance économique n'est plus à démontrer : ensemble, elles emploient 2,8 millions de personnes et assurent 38% du chiffre d'affaires des exportations.

1er : Ile-de-France, 8 286 emplois en 2009 Tout naturellement, l'Ile-de-France, poumon économique du pays, est aussi la région qui attire le plus les investisseurs étrangers : 191 en 2009, soit près de 30% des investisseurs étrangers qui débarquent en France.

2e : Rhône-Alpes, 2 948 emplois en 2009 Deuxième région économique de France, Rhône-Alpes est aussi la deuxième région à attirer le plus d'investisseurs étrangers et à créer par ce biais le plus d'emplois. Mais 2009 aura été une année difficile.

3e : Aquitaine, 2 890 emplois en 2009 Très jolie performance de la région Aquitaine qui avec seulement 23 investisseurs étrangers recensés l'année dernière est parvenue à créer ou à maintenir 2 890 emplois et confirme ainsi son attrait depuis plusieurs années.

4e : Midi-Pyrénées, 2 178 emplois en 2009, 5e : Nord-Pas-de-Calais, 2 008 emplois en 2009, 6e : Provence-Alpes Côte d'Azur, 1 972 emplois en 2009, 7e : Champagne-Ardenne, 1 137 emplois en 2009, 8e : Picardie, 1 103 emplois en 2009, 9e : Languedoc-Roussillon, 1 017 emplois en 2009, 10e : Alsace, 724 emplois en 2009, ...

Pour voir l'ensemble du palmarès.