Marcopolis, comprendre la mobilité

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 13 juin 2011

L'envie de mobilité en forte diminution chez les jeunes diplômés 2010.

Pour les jeunes en recherche d’emploi, le champ de recherche géographique est le suivant :

  • réduit à l’agglomération : 14% ;
  • Départemental : 27% ;
  • Régional : 21% ;
  • National : 19% ;
  • International : 18%.

41% visent l’agglomération ou le département contre 28% en 2010 pour les diplômés 2009.

Enquete AFIJ mobilite des jeunes

mercredi 30 mars 2011

Que représente en France la mobilité géographique des étudiants ?

On estime que 8 % des étudiants changent de ville universitaire chaque année, ce qui pourrait faire croire que le phénomène de la mobilité est limité en France. Mais, à ces changements, s’ajoutent les jeunes qui sortent de l’enseignement secondaire et qui s’inscrivent pour la première fois dans l’enseignement supérieur. Au total, selon les études du Céreq, ce sont près d'un tiers des diplômés de l'enseignement supérieur qui ont changé de région entre la 6ème et leur sortie du système éducatif.

Une fois le dernier diplôme obtenu, la mobilité géographique n’est pas finie.

27 % des diplômés de l’enseignement supérieur quittent leur région de formation pour trouver un emploi (contre 10 % pour les diplômés de l’enseignement secondaire). C’est dans la très grande majorité des cas dans une autre région et souvent en région parisienne pour les diplômés de province, mais de plus en plus, l'expérience de la mobilité dépasse la frontière française en particulier pour certaines catégories de diplômés.

Source : Approches de la mobilité étudiante - Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES) - Janvier 2009

dimanche 5 décembre 2010

77% des étudiants prêts à jouer la carte de la mobilité.

KPMG et OpinionWay ont réalisé une enquête sur la perception de l'entreprise par la Génération Y. Les conclusions démontrent une fois de plus le pessimisme des moins de 30 ans quant à la sortie de crise : plus de 2/3 d'entre eux n'envisagent pas d'embellie économique à court terme. Ils restent cependant optimistes sur leur future carrière et croient en leur avenir professionnel pour près de 3 sur 4 .

Autre confirmation, les PME et TPE attirent moins que les grands groupes même s’ils jouissent d’une très bonne image. Les jeunes préfèrent donc toujours être anonymes dans un grand groupe que reconnus dans une PME.

Une caractéristique forte de cette génération est l’attente d’éléments de confort et d’épanouissement personnel. Outre la rémunération (49%), les priorités professionnelles de cette génération portent sur des besoins prégnants comme l’intérêt du poste (37%), une bonne ambiance de travail (36%), un équilibre vie professionnelle / vie privée (30%) et la sécurité de l’emploi (26%).

Plus de la moitié des jeunes actifs interviewés expriment le désir de quitter leur entreprise si une opportunité se présente (56%) et 31% « dès que possible ». Les étudiants comme les actifs sont prêts à changer de région (77% et 53%), de secteur d’activité (57% et 60%), ou de culture (66% et 47% sont prêts à partir travailler à l’étranger).

Source : KPMG, cabinet d’audit, d’expertise comptable et de conseil. Etude réalisée du 16 au 23 septembre 2010 auprès d’un échantillon représentatif de 1008 jeunes de 18 à 30 ans redressé selon la méthode des quotas selon le sexe, l’âge, la région et le secteur d’activité pour les actifs.

jeudi 7 octobre 2010

Un tiers des jeunes diplômés ont déménagés pour trouver leur 1er emploi.

L’accès au travail des BAC+4 s’avère de plus en plus difficile et les emplois proposés de plus en plus précaires. C’est ce que montre l’étude 2010 "Jeunes diplômés" de l'APEC.

Marché peu favorable aux débutants, les diplômés de 2009 sont arrivés sur un marché de l’emploi dégradé, où ils se sont retrouvés en concurrence avec les diplômés de 2008 et avec les jeunes cadres. D’où la faiblesse du taux d’accès à l’emploi : 64% des diplômés bac+4 et plus en 2009 sont en poste, soit 4 points de moins qu’un an auparavant, mais un recul de 13 points en deux ans.

Toujours selon l'APEC, 30% des jeunes diplômés 2009 à la recherche d'un emploi ont dû déménager pour obtenir leur poste, 33% ont accepté un contrat temporaire, 44% ont revu leurs exigences en matière de salaires et 21% ont accepté un emploi en dehors de leur domaine de spécialité.

Sources : APEC, 2010 - Télécharger Enquête Jeunes Diplômés APEC 2010 - Etude réalisée auprès de 4 000 "sortants" de l’enseignement supérieur Promotion 2009.

vendredi 9 juillet 2010

Les 18-24 ans, génération mobilité.

Selon une étude BVA, la première génération née dans l'ère numérique (les 18-24 ans) va réinventer son rapport aux autres, au travail, à la consommation,...

Le "digital native" (Jeune issu de la première génération numérique) a grandi avec les jeux vidéo, les ordinateurs, les téléphones mobiles; un monde de virtualité qui présage d'un nouveau rapport au temps et à l'espace en rupture avec les habitudes des générations les ayant précédées. "Hypercommunicant il maîtrise les codes, les détourne; hyperconsommateur, il maîtrise son désir de consommer, le sublime; hypercatif, il réinvente le temps et l'espace", souligne l'étude baptisée GENE-TIC.

Il est né avec les outils informatiques et est habitué à une immédiateté dans les échanges. Il zappe en permanence et préfère contourner les problèmes plutôt que les affronter. En terme d'emploi, il sait que son intégration dans le monde du travail passe par une nécessité d'adaptation : mobilité géographique, flexibilité du statut, pratique linguistique multiple...

Etude BVA, juin 2010 réalisée auprès d'une centaine de 18-24 ans.